Un grand défi pour l'ingénieur

Une fois le projet du barrage achevé et sa faisabilité démontrée, il importe, pour pouvoir construire, dans la plupart des pays, d'obtenir de nombreuses autorisations. En Suisse, c'est avant tout, l'autorité communale ou cantonale, qui délivre la concession du droit d'utilisation de l'eau; son opportunité est vérifiée par l'Office fédéral de l'économie des eaux. Ce même organisme contrôle le projet sous l'angle de la sécurité publique. L'autorité responsable des autorisations a également qualité pour vérifier l'incidence des projets de grande envergure, sur l'environnement, en demandant que soient effectuées des études d'impact.

Il faut, par ailleurs assurer le financement; certains projets se chiffrent rapidement par centaines de millions. Il convient aussi de lancer les appels d'offres. Une fois prise la décision de construire et les travaux adjugés, ce sont les ingénieurs, les cadres et les ouvriers des entreprises et des fournisseurs de matériaux qui vont intervenir. Ils doivent construire le barrage avec une qualité irréprochable, dans les délais et aux prix convenus. Ceci requiert un grand talent d'organisateur, quand il s'agit de mobiliser des centaines d'ouvriers, voire des milliers, de gérer de considérables volumes de matériaux et une armée de machines de chantier, en coordonnant leurs activités et affectations sur plusieurs années.

p19 a

Figure 17 Les centrales à accumulation font souvent partie d'un ensemble. Les grands aménagements comprennent plusieurs retenues et centrales reliées par des kilomètres de galeries en charge. Lacs de Räterichsboden (à droite), de Grimsel (au milieu) et d'Oberaar

p18 a

Figure 18 Après de nombreuses années de travaux préparatoires, la construction du barrage peut commencer. Barrage de Gigerwald des Forces Motrices de Sarganserland.

 

p20 a
Figure 19

Pour que le barrage-voûte puisse reporter la poussée de l'eau sur les flancs de la vallée, des excavations profondes sont exécutées pour ses fondations.

 

p21 a
Figure 20

Le barrage est construit par blocs successifs en béton massif, sans armature d'acier.                            

Un voile profond dans le sol
Le traitement du sous-sol est d'une grande importance pour la résistance du barrage. L'ingénieur projeteur interprète les données qui lui sont fournies par le géologue sur la résistance et la perméabilité des sols de fondation, pour définir des dispositions constructives. Il lui appartient de s'assurer que les forces qui sont transmises par l'ouvrage à ses fondations peuvent être supportées avec une sécurité suffisante. Il définit les mesures nécessaires pour consolider et étancher le sous-sol: dans le rocher, des forages, dans lesquels on injecte des coulis de ciment et d'eau; dans les sables et les graviers, sous une digue, des injections de coulis de ciment ou de ciment mélangé à de l'argile. On traite aussi les failles rencontrées en les injectant. Enfin, des galeries et des forages de drainage sont prévus afin de réduire les forces de sous-pression.
p21 b